25éme étape -Tokyo- Partie 3 et fin

Re coucou,

Et oui, c’est encore et toujours moi (avec beaucoup de retard!!!), malheureusement c’est bientôt la fin de cette histoire et le livre va se refermer à la fin de l’épilogue qui suit ce dernier chapitre. Mais haut les cœurs car ce fut une belle année bien remplie avec pleins d’images dans la tête et les différentes sauvegardes informatiques.

Revenons au sujet de ce présent article: la fin de ma semaine, bien remplie, à Tokyo. Il va être divisé en 4 paragraphes décrivant des lieux différents avec 2 temples, un quartier (carrefour!!) avec passablement de monde et 2 rues commerçantes décalées ou de standing. Par où commencer??

Aller, démarrons pas le troisième type de logement que j’ai testé, et pas que pour vous ;p, durant ce séjour, je veux parler du « Net Café » ou encore appelé « Manga café », « Manga kissa ». Rassurez-vous tout de suite, tout c’est bien passé. Alors comme ses petits noms l’indiquent, c’est une sorte de café où tu loues un fauteuil ou encore un box, +/- confortable, à l’heure et avec un tarif pour la nuit. Pour faire simple, c’est le mode d’hébergement le plus économique dans les villes nippones, mais il faut réussir à s’acclimater. Et oui, le but premier n’est pas d’y dormir mais de lire des mangas ou surfer sur internet, c’est dans ce but qu’ils proposent différentes gammes d’emplacements. Ça peut aller du simple fauteuil de bureau au box d’environ 2 m² (espaces rectangulaires non séparés par des murs mais seulement délimités par des planches d’agglo) avec une banquette ou tatamis en passant par des canapés, avec ou non un ordinateur. Pour ma part, j’ai préféré passer ma dernière nuit dans ce pays dans un box avec banquette, en skaï et sans coussins, pour pouvoir un minimum dormir, forfait de 12 heures, puisque le lendemain c’était ma dernière journée avant mon avion, le soir. Et chose cool, j’ai même pu prendre une douche pour ne pas trop faire porcinette en arrivant sur le sol français, 2 journées horaires plus tard mais seulement 1 journée sur le calendrier sans le décalage horaire. Aller, les photos en parleront mieux que moi, même si ce fut une expérience intéressante quoiqu’un peu angoissante puisque tu ne peux pas réserver à l’avance donc s’il n’y a plus de place dans un, tu vas au suivant et ainsi de suite, mais j’ai trouvé du deuxième coup (le premier étant fermé pour rénovation de l’immeuble).

7729i05051E1C9F07D3B5

SAM_0693   SAM_0691

Et voilà pour mes différents lieux de repos, maintenant, je vais vous montrée un peu quelques rues autour avant de faire l’énorme carrefour et les temples. Les rues/coins sont « Omotesando » et  « Harakuju ». La première est surtout connue comme étant les « Champs-Elysées » tokyoïte avec ces boutiques de luxe, les belles voitures et les gens convenables, autant dire qu’avec mes baskets et mon sac … et non, je ne faisais pas si tâche que ça puisqu’il y a de tout dans cette ville, na!! :p. Le deuxième coin est surtout connu pour sa mode décalée et bizarre, mais je n’en ai pas vu beaucoup car on peut voir ces gens à les lieux et horaires spécifiques, ça sera peut-être pour une prochaine fois avec une planque à faire là-bas.

SAM_0727   SAM_0729

Juste en face, de ces zones se situe le parc/forêt/temple de « Yoyogi ». Si vous avez besoin d’un grand moment de verdure durant votre exploration fourmillante, c’est un bon endroit car les bruits de la ville s’éteignent très rapidement pour ne laisser que les croassements des corbeaux et le vents dans les arbres, de 80 – 100 ans. Cependant, pour pouvoir bien admirer le temple (impérial), je vous conseille d’y aller le matin, comme la plupart des sites touristiques. Ayant passée une nuit moyen dans mon café, j’y suis allée avant l’arrivée des cars touristiques donc c’était cool et j’ai même pu assister à une procession de mariage et vu un autre couple, en habit traditionnel par contre ^^. A l’entrée, on est accueilli par un « tori », qui est une porte en cèdre peint en rouge et noir et faisant une douzaine de mètre de haut (le plus haut du japon!!). Mais chose marrante, c’est qu’en continuant le chemin pour accéder au temple, on passe devant 2 étagères de tonneaux!!! Et oui, l’alcool fait partie des rituels religieux shintoïstes. Mais si l’assortiment de saké ne perturbe pas trop, par contre, sur l’autre, je fus fortement étonnée de découvrir des tonneaux de bourgogne, grand cru et premier cru s’il vous plait, et pas des petits puisque j’ai pu voir des « Nuit-St-Georges », « Montrachet », « Côte de Beaunes », « Gevrey-Chambertin », … tous vide!! Après cela, le temple est assez simple mais beau avec sa grande cours accueillant 2 arbres majestueux et ses bâtiments. Cette beauté simple a été voulu lors de sa construction car ce fut une demande impériale d’aménager un temple entourer d’une foret de 700 000 m² environ pour pouvoir aller au vert et pratiquer la chasse tout en étant proche du palais. De plus, en 2008, un recensement a permis de dénombrer 170 000 arbres de 245 espèces et la présence d’un jardin d’iris comportant 1 500 pied de plus de 150 espèces.

SAM_0696   SAM_0698

SAM_0699   SAM_0700

SAM_0703   SAM_0704

SAM_0713  SAM_0709

SAM_0711   SAM_0718

SAM_0719   SAM_0710

Non loin de là, se trouve un des carrefour les plus connu au monde et beaucoup de film tourné au Japon ont au moins une séquence dans ce quartier. Je veux bien sûr parler du coin de « Shibuya » avec son carrefour avec les passages piétons croisées (photo de présentation de l’article et celles qui suivent). Et bien, j’y suis allée un samedi en fin d’après, c’était noir de monde une fois toute les 2 minutes aussi bien à 18h qu’à 21h et j’y suis retournée le lendemain vers 9h, au moins on pouvait marcher plus facilement!! Après les rues sont +/- piétonne mais à l’image du carrefour avec pleins de boutiques, centres commerciaux, restaurants, bureaux et sociétés et en plus la nuit, ça brille de mille lumières!! C’est d’ailleurs proche de ce carrefour qu’il y a une station de transports en communs où l’on peut voir la statue du chien « Hachiko ». Elle a été érigée en mémoire d’un chien qui suivait son maitre tous les jours de son domicile à la gare. Mais un jour, le train a eu un accident et son propriétaire est décédé, cependant ce fidèle compagnon est revenu tous les jours à la gare jusqu’à sa mort malgré les attentions des passants et les réadoptions.

SAM_0679   SAM_0681

SAM_0682   SAM_0694

Le dernier lieu que je vais vous montrer sur mon voyage à Tokyo est le quartier « Asakusa ». Et là, j’ai vu plein de choses (=*o*=), par où commencer?? Faut-il que je vous raconte tout??

Dur la réflexion!! Bon commençons par vous présenter l’endroit et finissons par les réjouissances. Cette endroit est surtout connu pour son temple bouddhiste et ses ruelles piétonnes à caractères anciens et objets traditionnels. Mais si… vous savez… ce temple avec sont énoôormes lanternes rouges au milieu de la porte rouge, et sa foule de touristes!! Bon commençons par vous montrez un peu le quartier et quelques bâtiments originaux, le premier est l’office du tourisme situé juste en face du temple et le deuxième est (je crois) un restaurant à spécialité de bœuf. Petit information, il y a un bonze (traditionnel) sur la l’avant-avant-dernière photo de cette série.

SAM_0552   SAM_0551

SAM_0212   SAM_0210

SAM_0590   SAM_0591

SAM_0622   SAM_0629

ATTENTION: Si vous essayez le poisson de la dernière photo, c’est a vos risques et périls, c’est du Fugu!!

Petite aparté, en restant dans la gastronomie locale mais en revenant sur le bœuf, j’ai oublié de vous dire que c’est aussi dans ce quartier que je me suis autorisée/payée/dégustée/savourée/salivée/brulée la langue et enfin léchée les babichounettes. Mais de quoi à la fin me direz-vous?? Et bien, j’ai gouté le plat traditionnel nommé « Sukiyaki », sorte de fondue japonaise dans un bouillon spécifique avec des légumes et de super fine tranche de viande d’environ 2mm. Mais chose intéressante, j’ai voulu essayé le « bœuf de Kobe », pour les non-gastronome cette race de bœuf est une des viandes parmis les plus chères au monde car les animaux ont un programme d’élevage spécifique pour pouvoir donner à la viande ses caractéristiques, très fondante, persillée et goûtue. Pour y arriver, les énormes bêtes bougent le moins possible pour larder la viande mais en plus, ils sont massés matin et soir, ont le droit à de la bière locale tout cela en écoutant du Mozart nuit et jour. Résultat: Et bien c’est pas mauvais cette bêtise même si je sais que j’ai pas pris la meilleure qualité mais bon pour 20€, miam.

SAM_0618

Bon revenons à notre temple bouddhiste, érigé en 645 ap. J.C., comme je vous l’ai introduit, j’ai commencé par la porte dite du tonnerre avec sa lanterne suivie par une longue rue commerçante avec attrape touriste, que j’ai fait je l’avoue, avant d’arrivée à la porte dite de la salle au trésors, puis vient le temple, ces bâtiments et le petit jardin. Bon comme pour les autres zones touristiques vaut mieux y aller le matin car en pleine journée c’est noir.

SAM_0553   SAM_0554

SAM_0557   SAM_0559

SAM_0561   SAM_0562

SAM_0567   SAM_0571

SAM_0576   SAM_0579

SAM_0580   SAM_0581

SAM_0584   SAM_0585

SAM_0608   SAM_0632

Bon passons au réjouissance, au hasard de la rue principale, je suis tombée sur un « Matsuri » en honneur des cerisiers en fleur mais un peu particulier. Alors, un matsuri est un festival avec une procession où des chars transportant une divinité sont tirés par des gens mais cette fois-ci, le tout était de petite taille car non pas que ce soit fait par des gens de petite taille mais par des enfants!! Aller photos.

SAM_0593   SAM_0594

Et la derniére réjouissance est le « Asakusa Kannon-ura Ichiyo Sakura-matsuri Festival (Edo Yoshiwara Oiran-dochu Procession) », autrement dit le festival des fleurs de cerisiers et sa procession. C’est un gros événement local commençant par une procession de costumes traditionnels, empreintés au  théâtre Kabuki, suivi d’un spectacle avec scénettes. Ayant eu vent de cet événement la veille, j’ai changé mon planning pour rester voir une grande partie et je ne le regrette pas.

J’ai même vécu un grand moment de solitude que je vais vous conter car c’est une anecdote décalée!! En faite, ça commençait à 12h mais je me suis pointée vers 11h30 puisque je devait rendre mon futon pour 10h. Donc, je fait mon tour de quartier et prend pour mon petit déjeuné, de la patate douce frit saupoudré de sucre. J’en profite pour y aller de bonne heure pour pouvoir bénéficier d’une bonne place, chose que l’on m’a conseillé, vu la densité qu’il est attendu. Donc je me plante entre un arbre et une grosse boite au lettre, et non je ne m’assois pas dessus car il y a des gens derrière. Mais je m’installe tranquillement car je me suis trouvé derrière la zone VIP donc j’étais sur d’avoir une vue dégagée puisqu’il n’y avait que 5-6 rangées de chaises devant. et là, je poirote, je regarde un peu ma documentation, je papillonne à regarder autour de moi et me remémore mon planning des 2 jours qu’il me reste en me demandant si je dormirais dans un parc le soir même (le soir où j’ai testé le manga café).

Et là d’un coup, une grand-mère, de la bande qui sont juste devant moi, commence à me faire un discours, bien sur je ne pipe pas un mot mais vraiment rien et je sais pertinament qu’elle ne comprend rien au français ou l’anglais. Alors seule solution, je dodeline de la tête. Et là miracle, je comprend 1 mot/question, « benkyo o shimasu ka. » Merci mes quelques heures de japonais!! Et j’ai pu baraguiner une ‘tite réponse, avec un niveau de politesse pas bonne du tout mais elle ne m’en a pas tenu rigueur et semblait même heureuse de me parler. Elle m’a même offerts un bonbon au caramel (enfin, je suis pas trop sur du parfum). Ah oui, la question (forme interrogative par la présence de « ka » à la fin de la phrase) était si j’étais au Japon pour faire des études.

C’est ainsi que se passa mes moments d’attente jusqu’à la procession, avec un interlude musical très nippone puisqu’un jeune groupe de filles (de 12 à 17 ans environ) se sont produite.  Je suis désolé mais je vais avoir du mal à expliquer le défilé puisque je ne connais pas trop la signification mais je suis sûre qu’il doit avoir quelque chose sur internet. Mais je peux dire que pour mes yeux de touriste européen, il était beau et haut en couleur avec des accessoires étonnants et je compatissais avec les filles qui déambulaient et même celles qui devaient porter ça dans une époque pas si lointaine. Je pense aux chaussures sur parpaing!! Puis quelques scénettes fut jouées avec démonstration de combats avec katana, un entretien avec une geisha (je crois) et le discours de quelqu’un d’important (vu les applaudissements), peux être une doyenne du festival. Bonne procession.

SAM_0630   SAM_0638

SAM_0640   SAM_0647

SAM_0661   SAM_0665

C’est avec ces réjouissances que se termine ma semaine de vacances à Tokyo. A la prochaine pour le dernier article fin et conclusion.

Pleins de bisous

P.S.: Si vous voulez voir d’autres photos ou avoir certaines en plus grands, faites le moi savoir dans les commentaires et je le mettrais dans le prochaine article.

Publicités

3 réflexions sur “25éme étape -Tokyo- Partie 3 et fin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s